La visite vous a plu ?

Rejoignez

A Kiss from UK

sur les réseaux

  • Instagram - Black Circle
  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • Pinterest - Black Circle

d

:

pour être informé des nouveautés du site !

Réservez votre traversée au meilleur prix* :

direct-ferries 600x200 + texte.jpg
  • Grey Facebook Icon
  • Grey Instagram Icon
  • Gris Flickr Icône
  • Grey Twitter Icon
  • Grey Pinterest Icon
logo A Kiss From UK, le guide et blog de voyage sur l'Ecosse, l'Angleterre et le Pays de Galles qui vous présente les plus beaux endroits de Grande-Bretagne en dehors de Londres !

​Textes, Photos & Conception by:

A Kiss from UK / Jean D. Photography. 

Tous droits réservés.

Derniers article du Blog : 

Découvrez l'archipel de St Kilda  

57° saisissants

A 65 kilomètres à l’ouest des îles de Lewis et Harris, en plein milieu de l’Atlantique se trouve l’archipel le plus isolé d’Ecosse. Ici les vents incessants et un océan déchaîné ont donné à cet ancien volcan des reliefs d’un autre monde. Sur ces terres hostiles et inhospitalières, des familles ont pourtant construit leur foyer, des enfants ont joué au milieu des herbes hautes et des couples se sont aimés dans les habitations sommaires dont il ne reste plus que des ruines. Oui il y a eu de la vie ici, du moins jusqu’en 1930 quand les habitants ont demandé à revenir sur le continent, éprouvés par cette existence harassante dans ces conditions extrêmes qui leur rappelaient sans cesse que l’Homme n’avait pas sa place sur ces îles.

Bienvenue sur l’archipel de St Kilda, au 57° Nord, l’endroit le plus impressionnant d’Ecosse, doublement classé au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’Unesco à la fois pour son importance naturelle et culturelle.

St Kilda, l’archipel au million d’oiseaux.

C’est sur ces terres magiques et désolées que j’ai eu le privilège de vivre cinq jours à l’été 2019. Pour A Kiss from UK, je vous fais découvrir St Kilda, une île merveilleuse, désolée, déroutante et inoubliable où souffle encore l'âme de ceux qui l'ont habitée.

Réservez votre traversée au meilleur prix* :

St KILDA

aaaa

 

L'aventure commence dès l'embarquement

En ce 1er jour de juillet, le cœur palpite un peu plus que d’habitude. C’est aujourd’hui le grand jour, non pas parce que c’est aussi celui de mon anniversaire mais parce que je m’apprête à découvrir un endroit d’Ecosse qui me fascine depuis des années : St Kilda.

Un archipel qui me semblait tellement inaccessible quand j’essayais de le repérer sur les cartes. Comment se dire sérieusement que je pourrais un jour acoster sur ces terres minuscules qui semblent si seules au milieu de la masse bleue de l’Atlantique. C’est pourtant l’aventure que je m’apprête à vivre dans quelques heures en compagnie de 11 autres photographes.

Et pas pour une virée sur la journée, non. Je vais pouvoir m’imprégner de ces terres de l’extrême puisque je vais y rester 4 nuits à vivre dans les quelques maisons restaurées de l’ancien village.

5 jours à pouvoir arpenter les plus beaux endroits de cet archipel mythique chargé d’histoire et qui, aujourd’hui encore, fascine beaucoup d’Ecossais. Un vrai privilège quand on sait qu’habituellement la visite se fait sur la journée, avec 8 heures de bateau à subir pour seulement deux ou trois heures sur Hirta, beaucoup trop peu pour voir autre chose que la baie du village.

Je me réveille conscient de ma chance même si le départ est un peu reporté.  La veille au briefing, on a en effet appris que la traversée allait être décalée de quelques heures. Les conditions météo dantesques au matin allaient légèrement s’améliorer en début d’après-midi et nous permettre de rejoindre cet archipel même si le bateau risquait de sévèrement être secoué par les vagues de l’Atlantique.

Après un rapide déjeuner, on charge notre embarcation amarrée au port de Uig, sur l’île de Skye, avec toute la nourriture qu’il nous faudra pour le séjour et tout notre matériel photo. Il n’y a pas de supermarché sur St Kilda, pas même une épicerie ou un distributeur de boisson. Il faut donc tout prévoir et le bateau se remplit de vivres avant de s’élancer dans cet océan Atlantique immense.

La première heure de traversée du Minch jusqu’aux îles de Lewis et Harris, est plutôt calme mais, passées ces dernières terres, l’Atlantique nous secoue comme un glaçon dans un shaker, le bateau semble voler sur les crêtes des vagues avant de s’écraser sur les flots. Quelques personnes sur notre groupe de 12 commencent à se faire dominer par les éléments. Les trois heures de traversée restantes vont leur sembler durer une éternité.

Dans le ciel gris qui nous entoure, après un temps que plus personne n’est en mesure d’estimer, un rocher immense se dessine à l’horizon : l’île de Boreray sera le phare qui nous guidera pendant la dernière partie de cette expédition. Enfin la baie du village sur l’île principale d’Hirta apparait. Mais ce n’est pas de tout repos pour autant. Il faut tout décharger à l’aide d’un petit Zodiac car les bateaux n’ont pas le droit d’accoster directement sur l’île pour éviter que des rats ou autre nuisibles ne puissent venir envahir et détruire les centaines de milliers d’oiseaux qui y vivent paisiblement. Ce débarquement prend encore une bonne heure et enfin nous pouvons prendre possession de nos logements au cœur même du vieux village abandonné, dans les quelques maisons rénovées par le National Trust of Scotland qui vont devenir pour ces prochains jours notre lieu de campement.

Pas de réseau téléphonique, pas de wifi, pas de télévision. Nous voilà naufragés volontaires sur ces îles du bout du monde. Place à l’émerveillement.